Créateur plastique, physique et sonore

Alban
De Tournadre

Artiste pluridisciplinaire. Né en 1988. Après un cursus aux Beaux-Arts de Toulouse, il croise la route du Lido, l’école de cirque de Toulouse, de Serge Pey, poète, de plusieurs danseurs à travers des stages, à Toulouse et Paris. Il suit la formation au théâtre physique « vers un acteur pluriel  » du Ring. 2012, création d’Oranger la nuit, spectacle/laboratoire. 2013 il intègre la FAI-AR à Marseille (formation à la création en espace public) qui lui permet d’amorcer Dans le vif, mise en scène de l’ordinaire, un projet de création in-situ. Dans le vif est actuellement en diffusion (2016 : Derrière Le Hublot – création, 2017 : Pronomades, 2018 : La Paperie). Après un accompagnement en production déléguée par Derrière Le Hublot, l’association l’Aubépine a vu le jour à Toulouse en 2017 et porte ses projets de création. En 2018, il créé Les mouvements des monstres, un dispositif d’improvisation sonore et d’interaction en temps réel avec des avions au décollage lors du festival Jeunes Pousses à Saulx-les-Chartreux. Laps, poème de cendre et de bruit, est un spectacle en cercle pour la rue, créé en juin 2019, qui entremêle le jonglage, la danse et les pratiques sonores. Ce solo est accompagné par Julie Lefebvre, ainsi que par les regards avisés de Johan Swartvagher et de Jean-François Vrod. Il collabore depuis 2015 avec la Compagnie sous X en tant que régisseur général, développeur et comédien (spectacles No visa for this country et Terre Commune). Il prend également part avec cette compagnie à un Contrat Local d’Éducation Artistique à Valenciennes qui l’incite à développer les liens entre création et action culturelle. 2019, grâce au dispositif Création en cours, préfiguration d’un spectacle très jeune public sur les questions de paysage sonore. Depuis 2011, il développe des outils de gestion d’événements appliqués au spectacle sur le logiciel de programmation Pure Data (son, lumière, vidéo…) et poursuit ses expérimentations sur les territoires de la musique improvisée et électroacoustique. Concerts dans des lieux alternatifs entre 2012 et 2017 avec le dispositif Broussailles. Il publie parfois des dessins dans des revues, il fait aussi de la photographies. Ses recherches se concentrent sur le réel et ses potentialités poétiques, sur la mémoire, la fragilité, le travail, les orages et l’odeur de l’herbe coupée. C’est une poétique à la fois simple, très marquée et un peu obsessionnelle qu’il met progressivement en place, en s’appuyant sur les matériaux et matières de son pays, le Comminges, au sud de la Haute-Garonne, aux pieds des Pyrénées.

Intention artistique

Sa recherche personnelle a été représentée par le projet de création Dans le vif, Mise en scène de l’ordinaire lors du Panorama des chantiers de la 5e promotion du 11 au 13 mars 2015.

Dans le vif
Mise en scène de l’ordinaire

Habité par « les petites beautés invisibles du quotidien », Alban de Tournadre s’attelle à activer chez le spectateur une perception attentive du réel. Ses courtes pièces, d’une trentaine de minutes, donnent à voir des situations de la vie courante, rejouées dans leur cadre naturel : la cuisson de pain par le boulanger, la découpe de bois par l’ébéniste, la préparation du café chez un particulier, une partie de pétanque en extérieur… L’actant, complice, y interprète son propre rôle, dans un réel « légèrement augmenté » par l’artiste : « les séquences sont manipulées. Déplacées, amplifiées, transformées, répétées, elles s’articulent pour former une pièce qui pourrait s’apparenter à un montage. » Au-delà d’une simple célébration du geste, et de ce que son accomplissement dit de notre rapport au monde, Alban cherche à mettre en scène le contexte global qui lui donne sens et consistance. L’écriture joue aussi avec le cadre et l’orientation du regard, pour une composition picturale vivante intégrant les composantes de l’environnement immédiat : la chaleur et la luminosité d’un four en pierres de taille, la sciure d’un atelier de menuiserie, le soleil matinal dans une cuisine, l’infra ordinaire d’une place de village… Inspiré par la musique concrète, le cinéma documentaire (Peter Hutton, Frederick Wiseman) et la peinture réaliste du XIXe (Courbet, Caillebotte), Alban joue le rôle d’un ordonnateur invisible qui agence des fragments de réel. Sa propre pratique s’invite via de ponctuelles interventions venant perturber ou agrémenter la séquence : danse, manipulation d’objets… Sur place, une trace visuelle ou sonore laisse le témoignage de l’expérience. À l’issue d’un nécessaire temps d’immersion sur un territoire, la démarche est déclinable en autant de tableaux que de pratiques repérées (solitaires ou collectives, dans la sphère privée ou professionnelle). Le corpus ainsi créé pourrait ultérieurement donner naissance à une narration plus globale.

Tuteur : Jean-François Vrod, violoniste

Dans le cadre de la formation supérieure, Alban de Tournadre a effectué un stage artistique auprès de Derrière Le Hublot, Pôle des arts de la rue Midi Pyrénées. Son voyage d’étude s’est déroulé en France (à Marseille, Capedenac et Encausse les Thermes).

Liens

Site personnel
http://vitessedechute.net/