Coordonnées

Date de naissance

Comment avez-vous eu connaissance de l'existence de ce stage ?*

Si autre, merci de préciser :

Accessibilité / Handicap : la FAI-AR prend en compte les situations de handicap et fait tout son possible pour adapter les formations à vos besoins. Si vous avez besoin d'un aménagement (formation, horaire, équipement, personnel spécifique...), merci de contacter Chantal Vasseur, notre référente handicap à l'adresse suivante: accessibilite@faiar.org.

Masterclasse Germain Prévost alias IPIN

7
Juil
2021

HABITI REMOVALS 

On appelle « buffering » ou « graffiti removals » ces patchs de couleurs qui résultent de l’effacement des graffitis. Ironiquement ces actions d’effacement recréent un graphisme urbain, aléatoire certes, mais pas dénué d’esthétique, à l’instar d’un patchwork. Peut-on parler d’une esthétique de l’effacement ?
Cette forme d’art graphique minimaliste et ultra-contemporaine est une des plus représentées à l’échelle de la planète. Germain Prévost la baptise ironiquement “carrésaumonisme”.
À l’occasion de cette masterclasse, il vous invite à extrapoler ce principe d’effacement à l’échelle d’une façade et tenter une expérience graphique collective à l’aide d’un pistolet à peinture industriel.

Une consigne toutefois, simple : apporter vos rebuts de peinture, fond de garage ou de récupération diverse. La diversité de vos teintes fera l’œuvre.

Artistes

Germain Prévost alias IPIN - / plasticien-performeur mural / sculpteur de chaos / graphiste-maçon

Ipin alias Germain Prévost, né à Reims en 1981, est un artiste hétérodoxe.
Au début des années 2000, G. alias I. partage sa formation entre peindre dans des friches industrielles et valider un master Environnement et Société à Marseille.
De nombreux chemins de traverse, du street art au spectacle vivant en passant par la performance, le conduisent aujourd’hui à s’orienter plutôt vers l’art contextuel.
Passionné par le travail in-situ, le rapport à l’échelle, au paysage et à la photographie, il nous propose dans ses travaux un regard engagé sur le monde.
Bien qu’utilisant maintenant un vocabulaire non figuratif, dans ses « dystopies graphiques » ou ses récents travaux de la série « HØME(s) » il nous parle bel et bien de l’humain et de sa place dans la société.
Il vit actuellement à Toulon.
Co-fondateur du Mur du Fond et artiste associé de l’association Lézarapart, à la Cité des Arts de la Rue / Marseille.