Aller au contenu principal

Marion Pastor

Émettrice-réceptrice

Syndrome lyrique absurde d’un rien qui aime tout trop, ou trop tout. Et qui n’a jamais bien su. Lu et éprouvé le 28/09/17.

Né(e) en 1991 / Française

marion.pastor.gerard@gmail.com

Biographie

Comédienne, Marion Pastor apprend l’art dramatique dans des conservatoires d’arrondissements parisiens, puis se forme à l’ENSATT de Lyon de 2013 à 2016. Elle explore d’autres espaces de représentation et éprouve l’espace public dès 2011, en jouant un Cyrano itinérant dans un prieuré, en chuchotant des poèmes le long du Rhône à bord de vélos pousse-pousse et en appréhendant un théâtre de l’invisible dans le métro. En 2014, elle participe au workshop Speaking site specific avec la chorégraphe danoise Charlotte Munksø. Elle a récemment collaboré à une performance autour du Panthéon avec le Collectif BIM.

Projet artistique

En entrant à la FAI-AR, Marion Pastor cherche à confronter sa formation classique à d’autres espaces et modes de relation. Souhaitant faire du théâtre une expérience sensible, elle explore des rapports inédits à l’espace et à la matière, pour inventer d’atypiques dispositifs et protocoles d’adresse au public, offrant une interaction possible entre spectateurs et acteurs. Durant son cursus, elle apprend notamment à construire à partir d’intuitions, se laissant happer par des images fortes pour laisser émerger un propos. Elle expérimente aussi le travail plastique et s’autorise un pas vers la performance. Ses axes de recherche portent sur l’objectification de l’être humain : la captivité, l’interaction entre victime et bourreau, les rapports de force à l’œuvre dans la servitude volontaire, l’autocensure et l’inhibition.

En point de mire dans ses créations, la nécessaire émancipation, à s’autoriser ou à conquérir, s’exprime jusque dans la responsabilité qui incombe au public. Attachée à la polysémie, elle met en jeu des symboles forts qui prennent sens dans leur accumulation, véhiculant des résonances universelles, tout en laissant une marge d’interprétation assez tangible pour instaurer une certaine tension avec le public.

Avec À modeler, elle incarne une sibylline femme glaise, dont la posture, voire la simple présence, nous interroge. Fondue dans le décor urbain, cette fausse statue d’argile se meut, et la carte postale se déforme peu à peu. À vous de voir ce qu’elle attend de vous… Cette installation vivante questionne le paradoxe de l’autonomie et de l’interdépendance, les injonctions sociales autant que les forces intimes, invisibles et inconscientes, qui nous régissent. Tout en cherchant à convoquer l’espoir, seul moteur de nos vies.

 

Marion Pastor ©Augustin Le Gall / FAI-AR

 

TUTRICE / Natacha Kmarin, interprète, metteuse en scène, formatrice, coach artistique

Maquette du Panorama des chantiers 2019 réalisée en complicité avec Alice Leclerc (collaboratrice à la mise en scène et à la dramaturgie), Élodie Quenouillère (plasticienne et scénographe), Lise Icard, Pamela Pantoja et Renaud Pellegrino (complices).