Aller au contenu principal

César Roynette

Parfois humain

Pense beaucoup à ses morts aujourd’hui. Prisonnier des devoirs invisibles, naufrager du cadre et séduit par le désordre. Voudrais un théâtre inquiétant, sensible, parfois humain ?

Né(e) en 1985 / Français

roynette.cesar@hotmail.fr

Biographie

Après une formation universitaire en économie et gestion de l’environnement et du développement durable, César Roynette devient ingénieur chef de projets pendant 8 ans dans le domaine des énergies marines renouvelables. Il pratique parallèlement le théâtre, se déforme auprès de Cédric Paga, Alexandre del Perugia et Eric Blouet, et se réforme durant un an au Samovar.

Projet artistique

César Roynette revendique une certaine sauvagerie dans la prise de l’espace public, jouant sur la transgression et le rapport direct à l’autre. Au bord du sens, il aime tricoter avec les mots, emportant dans un vertige contagieux l’orateur et son auditoire. Avant la FAI-AR, l’artiste inventait le dispositif Baromètres humanités de quartier, protocole minimaliste d’occupation de la rue dans un simple espace-temps délimité de rubalise, destiné à tester la relation à l’autre. Au sein du laboratoire Drift, il poursuit une réflexion sur la théorisation et la mise en pratique des règles du jeu, transposable à terme en extérieur pour y remettre en cause les usages univoques induits par l’espace public contemporain.

Avec La Mondiale de la Terreur, le comédien, désemparé face aux bruits de la peur, souhaite étudier ses différents archétypes et les mécanismes de son instrumentalisation. À quel besoin primal répond la figure d’une altérité implicitement dangereuse, diabolisée à travers les âges et les continents ? Comment convoquer une réflexion, voire provoquer cette émotion au sein d’un public assemblé ? Pour explorer notre propre fabrique de monstre, en mots et en sens, il cherche à bousculer le confort du spectateur, éprouvant les situations limites dans une porosité entre l’imprévu de la vie, l’intime et le cadre de la représentation. Habitué à la création solitaire, le comédien expérimente durant son cursus à la FAI-AR la création en collectif et les vertus du dialogue. Il vise désormais un théâtre de l’itinérance, dans une prise de parole sans artifices, pensée à hauteur d’hommes.

César Roynette © Augustin Le Gall / FAI-AR

 

TUTRICE / Zelda Bourquin, dramaturge, comédienne