Coordonnées

Informations administratives

Merci de joindre votre photo d’identité (.jpg / max 1 Mo)

Date de naissance

Statut

Si vous envisagez un financement Pôle Emploi, merci d’indiquer votre identifiant :

Votre parcours

Formation initiale

Formations et/ou expériences professionnelles marquantes

Compétences et savoir-faire acquis hors formation

Attentes spécifiques et motivations pour participer à ce stage*

Complétez ces informations par un CV (.pdf, .jpg / max 10 Mo)

Environnement de travail actuel (structure ou discipline) :

Environnement de travail souhaité (structure ou discipline)

Mentionnez les spectacles / interventions urbaines qui vous ont marqué :

Comment avez-vous eu connaissance de l'existence de ce stage ?*

Si autre, merci de préciser :

Improviser, traverser

du 29
Mar
2021

au 2
Avr
2021

Espace public, espace négocié
La danse comme vecteur d’intervention et d’habitation de l’espace public 

La compagnie Ex Nihilo explore depuis de nombreuses années la danse en relation avec des espaces singuliers. Au fil des projets, un dialogue s’est instauré entre les danseurs et les espaces des villes avec une affection particulière pour des lieux en déshérence, négligés dits interstitiels.
Cette quête permanente d’un lieu qui pourrait porter une chorégraphie éphémère, ou inspirer une performance s’inscrit comme un entrainement régulier du danseur, une pratique qui a modifié son approche de l’espace, de la danse, son regard sur les lieux, les espaces.

Quel engagement nécessite le travail dans l’espace public ? Comment se placer, se déplacer ? S’exposer, se mettre en jeu ? Révéler les espaces ? Quels sont les enjeux à investir un lieu au regard des usages et des habitants ? Quelles modalités de la rencontre inventer ? Comment s’en inspirer ? Se laisser traverser par tous ces paramètres ?

Le lieu n’est plus simplement un espace dans lequel on joue, mais un partenaire qui se représente, qui se raconte, avec lequel le danseur/performeur va nouer une relation interdépendante.
Outre la préparation physique propre à Ex Nihilo, ce stage propose de partager l’expérience du travail in situ : la définition et le choix d’un lieu, le repérage des espaces, s’y installer pour un moment, mesurer ce qui se met en jeu dans cette installation : partage, négociation, friction.

Objectifs pédagogiques

Aborder la danse comme un dialogue avec l’espace :

  • observer, explorer, s’approprier différents espaces dans la ville,
  • observer et repérer les contraintes et les singularités des lieux,
  • créer une relation sensible avec ces espaces,
  • prendre appui sur cette observation pour construire une présence singulière en groupe ou en solo à partir de consignes d’improvisation,
  • construire et structurer une improvisation qui révèle un mode de relation ou un regard personnel avec l’espace choisi.

 

Appréhender la danse en espace public comme une expérience relationnelle :

  • prendre conscience du rapport à l’instantané, à l’immédiat et à ce que cela implique pour l’interprète, le danseur ou le performeur,
  • être attentif aux actions et interactions avec l’espace extérieur et à la manière dont elles interfèrent sur la performance,
  • expérimenter l’improvisation comme première approche de l’écriture in situ,
  • élaborer et construire des actions en écho avec sa propre sensibilité prenant appui sur une lecture sensible du paysage urbain.

Compétences visées

  • utiliser les techniques d’improvisation chorégraphique pour se mettre à l’écoute de l’environnement et observer la façon dont il agit sur soi,
  • choisir des typologies d’espaces de jeu et déterminer une forme chorégraphique en fonction d’un lieu,
  • appréhender les logiques d’usage d’un lieu pour négocier et défendre sa présence,
  • réagir à des situations de frottement ou de friction et être capable de s’y adapter,
  • mesurer l’impact de son intervention.

Formateurs

Anne Le Batard - Chorégraphe

Fondatrice d’Ex nihilo (1994), elle n’a de cesse d’approfondir et de préciser la démarche de la compagnie. Depuis la première pièce La plus belle heure sélectionnée en 1997 à la biennale des jeunes créateurs de la méditerranée de Turin, elle co-écrit avec Jean-Antoine Bigot une quinzaine de pièces pour l’espace public ou pour la scène diffusées en France et à l’international. Son goût prononcé pour le travail d’équipe favorise la création de pièces de groupe (de 6 à 10 danseurs), tant dans les pièces de la compagnie que les projets de collaboration et de transmission. Elle a développé une écriture spécifique de la danse axée sur la réactivité et l’immédiateté empreinte d’une grande résonance avec les sites choisis.
 Elle enseigne, en France et à l’étranger, le répertoire et la technique de la compagnie à des publics professionnels et amateurs, scolaires et universitaires, à travers des workshops et des créations spécifiques.

Jean-Antoine Bigot - Danseur, plasticien

Fort d’un parcours d’interprète de 10 ans en compagnie, il collabore avec Ex nihilo dès 1998 notamment sur les réalisations cinématographiques. En 2000, il rejoint Ex nihilo pour sa deuxième création Tourne Vire et partage depuis la direction avec Anne Le Batard, pour les différentes créations jouées en extérieur et en intérieur. Parallèlement à sa carrière de danseur, il poursuit son travail plastique à travers le dessin et la peinture. Il expose dans différents lieux, du grand format (2m50 sur 2m50) au format carte de visite. Avec Derrière le blanc, il affirme ce désir d’assembler ses deux passions dans une performance. Convaincu lui aussi de la nécessité de la transmission, il forme danseurs professionnels et amateurs à la technique de la compagnie Ex nihilo, à travers son répertoire, en France et à l’étranger.