Guidés par les membres du collectif Ici-Même [Gr.], les artistes en formation sondent Marseille à l’écoute de ses rythmes, de ses flux et de la densité de son paysage urbain. Ils explorent plus particulièrement le Centre urbain du Merlan à partir de protocoles éprouvés par le collectif, où chacun navigue entre écoute singulière et mise en fiction collective. La question sonore (acoustique, amplification, détournement) et la maîtrise des outils qui lui sont attachés est au cœur de ce processus. La création sonore est une forme d’écriture incontournable des arts en espace public. Précurseurs de cette esthétique, les membres d’Ici-Même [Gr.] accompagnent les apprentis* dans l’appréhension de ses enjeux et pratiques.

 

SALON DE RECHERCHE AU FIL DU SON, UNE JOURNÉE D’ÉCOUTE(S)

Rencontre avec Ici-Même [Gr.], Hervé Lelardoux (metteur en scène et scénographe, co-directeur du théâtre de l’Arpenteur), Étienne Noiseau (auteur d’œuvres radiophoniques et directeur de Syntone.fr), Pali Meursault (artiste sonore et compositeur)

Le jeudi 3 juillet 2014 de 14h30 à 22h à Euphonia, Friche la Belle de Mai.

Partageant le temps entre écoutes et paroles, intervenants et participants réfléchiront à la notion de paysage sonore, à la subjectivité du rapport aux bruits et aux sons, aux questions de composition et d’écriture, de performance et d’implication du corps. Il s’agira aussi de questionner la manière dont la technologie ou la culture influent sur les imaginaires sonores quotidiens et sur notre perception des territoires urbains.

 

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

LE SON ET L’ECOUTE

  • Exploration et arpentage d’un espace sonore : protocole
  • Différencier écoute passive et écoute active
  • Affiner sa capacité de perception des ambiances sonores urbaines
  • Fabriquer un vocabulaire commun autour du son
  • Poser des mots sur des sensations liées à l’écoute
  • En quoi cet ici-même sonore est-il singulier ?

 

LA VILLE SONORE, LE TERRITOIRE

  • Appréhender l’espace sonore urbain, entrer dans le ralentissement !
  • Questionner comment inter-agissent individus et environnement sonore
  • Affiner une lecture auditive des espaces et lieux explorés, notion d’architecture sonore habitée
  • Ce que nous disent, ce que révèle l’exploration des ambiances sonores urbaines ?
  • Comment l’arpentage sonore nous parle des usages d’ici ?
  • Patrimoine sonore, écologie urbaine, que ne faut-il pas oublier d’écouter ?

 

INTERROGER CORPS ET PERCEPTION

  • Différencier écouter et entendre : la place du preneur de son ?
  • Ressentir et mettre en partage : la subjectivité du ressenti sonore
  • Perceptions extérieures et perceptions intérieures : accordage, dissociation, états de corps
  • Interroger la place du corps sensible dans l’espace urbain, la place du preneur de son ?
  • Questionner le regard, le paysage et l’image à partir du son

 

COMPOSER ET IMPROVISER

  • Composer et improviser instantanément pour soi, pour/avec les autres
  • Écouter/entendre : extraction de sons-signes, de sons-traits, de sons-gestes qui nous sont donnés in situ
  • Prendre du son sans le fixer : mixer, spatialiser (cadre, positionnement, zoom, hors champ), tourner et monter
  • Manipuler des sources et des matériaux sonores
  • Décomposer et recomposer des paysages sonores
  • Être capable d’opérer des choix, construire son fil du son
  • Émettre : agir avec, ajouter, déplacer, déformer ?
  • S’interroger sur les dispositifs d’écoute, sur la place du récepteur

 

INITIATEURS PÉDAGOGIQUES

Corinne Pontier et le collectif Ici-Même (Grenoble)

Fondé en 1993, Ici-Même [Grenoble] est un collectif à géométrie variable, regroupant trois à trente personnes selon les projets. Sa démarche est profondément ancrée dans l’espace urbain, envisagé comme lieu et objet d’expérimentation. Entremêlant sons, images, objets, paroles et gestes, la pratique artistique d’Ici-Même est protéiforme et transversale. Elle croise les approches et brouille les frontières entre les disciplines : jeu d’acteur, création sonore, installation, performance, graphisme, architecture, photographie, écriture, vidéo, sociologie de terrain…

Le processus de création s’inscrit dans la réalité et la quotidienneté du milieu urbain. Les productions se conçoivent, s’écrivent et se modélisent dans l’espace public. L’environnement tout entier est considéré comme source d’informations et de sensations qui peuvent être captées, enregistrées, accumulées comme matière à création. Si la ville est façonnée par une géographie, composée d’axes, de zones, de quartiers délimités, identifiables, elle est aussi traversée, dans une temporalité qui lui est propre, par des flux d’activités, des circulations humaines, des saisons, l’actualité… qui influent et recomposent sans cesse son paysage, construisant des espaces pleins et découvrant des creux, des plis, des interstices. À travers une exploration sensible des « territoires humains », Ici-Même interroge les différents usages de l’espace public et propose un art d’expérimentation.

http://www.icimeme.org

 

PARTENAIRES

Le Merlan, scène nationale à Marseille et Euphonia, atelier de création sonore