Projet de création d’Alban de Tournadre

Tuteur : Jean-François Vrod, violoniste

 

Habité par « les petites beautés invisibles du quotidien », Alban de Tournadre s’attelle à activer chez le spectateur une perception attentive du réel. Ses courtes pièces, d’une trentaine de minutes, donnent à voir des situations de la vie courante, rejouées dans leur cadre naturel : la cuisson de pain par le boulanger, la découpe de bois par l’ébéniste, la préparation du café chez un particulier, une partie de pétanque en extérieur… L’actant, complice, y interprète son propre rôle, dans un réel « légèrement augmenté » par l’artiste : « les séquences sont manipulées. Déplacées, amplifiées, transformées, répétées, elles s’articulent pour former une pièce qui pourrait s’apparenter à un montage. » Au-delà d’une simple célébration du geste, et de ce que son accomplissement dit de notre rapport au monde, Alban cherche à mettre en scène le contexte global qui lui donne sens et consistance. L’écriture joue aussi avec le cadre et l’orientation du regard, pour une composition picturale vivante intégrant les composantes de l’environnement immédiat : la chaleur et la luminosité d’un four en pierres de taille, la sciure d’un atelier de menuiserie, le soleil matinal dans une cuisine, l’infra ordinaire d’une place de village…

Inspiré par la musique concrète, le cinéma documentaire (Peter Hutton, Frederick Wiseman) et la peinture réaliste du XIXe (Courbet, Caillebotte), Alban joue le rôle d’un ordonnateur invisible qui agence des fragments de réel. Sa propre pratique s’invite via de ponctuelles interventions venant perturber ou agrémenter la séquence : danse, manipulation d’objets… Sur place, une trace visuelle ou sonore laisse le témoignage de l’expérience. À l’issue d’un nécessaire temps d’immersion sur un territoire, la démarche est déclinable en autant de tableaux que de pratiques repérées (solitaires ou collectives, dans la sphère privée ou professionnelle). Le corpus ainsi créé pourrait ultérieurement donner naissance à une narration plus globale.

Julie Bordenave

http://vitessedechute.net